Des outils de sondage en ligne respectueux de leurs utilisateurs

Dans le cadre du confinement, un grand nombre de questionnaires ont été mis en ligne par des chercheurs en sciences sociales et médicales pour évaluer les conditions de vie des personnes confinées. Si cet effort de recherche à chaud est évidemment salutaire, il pose avec acuité la question de la gestion de données sensibles quand ces questionnaires sont confiés à des entreprises connues pour exploiter les données de leurs usagers, comme Google ou Microsoft.

En effet, des questions très personnelles sont posées, portant par exemple sur la consommation d’alcool ou de tabac, les choix de vie à venir, ou encore les tensions psychologiques au sein du couple ou de la famille.

Des questions spécifiques à la gestion du confinement par les personnes sont également souvent posées, comme le fait qu’elles aient ou non respecté la consigne de se confiner au domicile principal. Si le risque de chasse aux sorcières est bien sûr très faible en l’espèce, on peut se demander si les personnes voudront répondre sincèrement à ce type de questions sur des services dont elles savent plus ou moins confusément qu’ils exploitent leurs données (voir la notion de « chilling effect » bien décrite par Elizabeth Stoycheff dans le cadre de l’utilisation de Facebook).

Il ne s’agit pas de paranoïa. D’une part, il faut rappeler que les chercheurs sont moralement responsables des données qu’ils collectent, au-delà du seul respect de la législation. Ils doivent à leurs enquêtés le mieux-disant en matière de gestion des données de recherche. D’autre part, le confinement est un moment propice pour les industriels et pouvoirs publics promouvant les mesures de surveillance de la population. Aux prétextes habituels (lutte contre le terrorisme, le crime en ligne ou la pédopornographie), mobilisés par exemple contre le chiffrement des échanges en ligne, s’ajoute désormais le motif sanitaire de suivi de la pandémie. Et les exemples de ré-utilisations contestables des données personnelles collectées par les grandes entreprises du Web ne manquent pas, malheureusement. Cette réutilisation est d’ailleurs prévue dans leurs conditions d’utilisation, puisque c’est la base de leur modèle d’affaire.

Ce moment de crise doit nous permettre d’améliorer nos pratiques.

Au-delà de l’intérêt évident de ces recherches, la question des outils de sondage utilisés se pose donc plus encore qu’à l’habitude. Quelles solutions s’offrent à nous ? Des outils libres, donc auditables et paramétrables à l’envi existent pour faire des sondages, offrant deux possibilités aux chercheurs :

  • Avoir recours à des outils clés-en-main, avec une création de sondage directement en ligne. L’association de promotion du logiciel libre Framasoft propose ainsi son outil Framaforms. Ne requérant qu’une inscription, sa principale limite est de ne permettre que 1000 réponses par sondage, la capacité des serveurs d’une association à but non lucratif étant forcément limitée. Pour des sondages plus larges (jusqu’à 100 000 réponses par questionnaire), l’entreprise LimeSurvey propose un outil libre et en source ouverte hébergé sur son infrastructure, LimeSurvey Pro. Cette solution est payante, avec un rabais de 30 % pour les établissements d’enseignement.
  • Avoir recours à des outils auto-hébergés. En utilisant des outils libres, le coût d’une telle option peut être sensiblement réduit, et le contrôle par l’équipe de recherche sur les données collectées est total. La contrainte est alors d’héberger et maintenir soit-même le logiciel sur un serveur personnel ou maintenu par son équipe de recherche. Cette possibilité est offerte par LimeSurvey Community Edition comme par Framaforms, dont le code source est disponible à cette adresse et dont le tutoriel d’installation est en cours de rédaction. Bien que ces logiciels soient disponibles gratuitement, conformément aux principes libristes, leur utilisation en auto-hébergement ne doit pas empêcher de participer financièrement à leur développement par un (contre-)don aux équipes qui les développent.

L’université Paris 5 a mis en place une telle infrastructure pour ses usages internes et externes. Et c’est aussi le cas de l’enquête sur le confinement d’Éléonore Pigalle et Cyril Atkinson-Clement pour l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et de l’université Gustave Eiffel, ou encore du sondage de l’INSERM dirigé par F. Haesebaert (HESPER, université Lyon 1), N. Franck, et avec l’aide d’Elodie Zante.

Ces solutions sont évidemment plus longues à mettre en œuvre que la création d’un formulaire en ligne chez Google ou Microsoft. Du reste, il ne s’agit pas d’incriminer les utilisateurs des solutions proposées par ces entreprises dans une période de travail de crise. L’idée est plutôt de profiter des enseignements que nous pouvons en tirer pour encourager, à terme, les meilleures pratiques de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.